1484185_650531278303092_48883940_n

 

4 pesticides interdits continuent de nous empoisonner ...

Des pesticides, autorisés pendant des années, se révèlent toxiques et frappés d'interdiction. Mais pour autant, ils ne disparaissent pas forcément du territoire du fait de leur persistance dans les sols mais aussi d'utilisations frauduleuses. Les pratiques illégales sont possibles car les mailles des contrôles sont larges, les poursuites rares et les sanctions faibles. 20 Minutes fait le point sur ces pesticides interdits et toujours présents dans notre sol…

Le carbofuran
Un insecticide interdit dans l'Hexagone en 2008 et pourtant détecté en 2012 dans le Tarn à la suite d'une mortalité anormalement élevée de chevreuils. L'alerte donnée par un réseau de veille sur la faune sauvage a déclenché une enquête à Albi, qui a révélé en février 2013 un trafic avec l'Espagne. Un revendeur a été interpellé.

L’endosulfan
Au printemps 2013, l'endosulfan, un insecticide également banni depuis 2008, a lui été relevé sur deux des 26 échantillons de barquettes de fraises achetées en grandes surfaces en Picardie et Haute-Normandie et testées par Générations futures. Ce test avait aussi détecté du carbosulfan (insecticide), interdit en Europe depuis fin 2007.

Le terbuthylazine
Utilisé pour le désherbage des vignes, la présence du terbuthylazine est soulignée dans le dernier rapport annuel de l'agence de l'eau Rhône-Méditerranée.
Dans deux stations de pompage (Aude et Pyrénées-Orientales), les concentrations en terbuthylazine ont même dépassé en 2011 le seuil permettant un traitement de l'eau pour la rendre potable.

Triazines
Pour cette famille de pesticides (triazines), on note  là encore «l'existence de stocks dans les sols».

A. Le G. Avec AFP

DSC01594

 

Et pour continuer avec d'affligeantes nouvelles :
Les lobby pro OGM veulent anéantir les études de Gilles-Eric Séralini.
La revue scientifique qui avait publié les résultats alarmants  (vous vous souvenez, les rats avec les tumeurs monstrueuses...) a annoncé qu'elle retirait de ses publications l'étude de Séralini.
A savoir : la revue vient d'embaucher un ex employé de Monsanto au comité de rédaction .... alors, bon, évidemment...
Et pendant ce temps là.... 
A Tricastin, la possibilité d'un accident nucléaire fait partie des scénarios officiels:
Les océans se dépeuplent mais ...
Nos décharges débordent et polluent
Les vaches ne mangent plus d'herbe, on veut les mettre dans des usines
Le saumon nous fait peur ...
La foret amazonienne recule 
Et bientôt, nous serons, nous paysans, considérés comme des hors-la loi

DSC01581

Bon alors, bien sûr on ne lâche rien et on ne laisse pas se fissurer nos certitudes.
A notre échelle on continue nos petites actions : bien se nourrir, favoriser les productions biologiques et locales, réfléchir à nos choix de consommation, réduire nos déchets, éviter le gaspillage...
Il ne faudrait pas que nos combats et nos boycotts nous semblent vains, mais quand on se rend compte, impuissants, que nous allons droit dans le mur, qu'à chaque pas en avant on en fait 3 en arriére, est-ce qu' on peut encore croire au Père Noël ?