tousVous êtes peut-être tombés sur ces pub qui font l'éloge des fruits et légumes moches, des gueules cassées ...
Il semblerait que ce soit à la mode de s'intéresser à ces laissés pour compte.
Un site leur est dédié et une marque et un label ont même été crées pour eux !

pastille-53935591cb436cd1a1aaa49d2c14302f

 

Bien sûr, à la base, l'initiative est plutôt louable puisqu'elle milite contre le gaspillage. On sait bien que chaque année des tonnes de produits alimentaires sont honteusement écartés des grands circuits de commercialisation juste pour délit de sale gueule. Et si du coup ça permet à certaines personnes, et surtout aux enfants, de se rendre compte que l'aspect physique n'est pas le plus important, si ça participe à l'apprentissage de la tolérance, alors c'est bien !


Mais je suis un peu agacée par la récupération de la grande distribution cherchant à faire valoir sa sensibilité à l'égard de l'écologie, du développement durable et tous ces trucs dans l'air du temps. Alors que ... à côté de ces légumes moches, on trouve des tomates au mois de janvier, des pommes qui viennent d'Argentine alors qu'il en pousse à côté de chez nous, des fruits et légumes bourrés de pesticides et cultivés à l'autre bout du monde, peut-être récoltés par des enfants ou sûrement par de la main d'oeuvre exploitée ...
Et ce qui me fait hurler, c'est que ces produits, juste non conformes au didact de la beauté, soient bradés 30 % moins cher.aubergine
Tout le monde s'accorde à confirmer que ces légumes sont équivalents sur les plans gustatif et nutritif, et pour les producteurs ils représentent le même travail.
Si on arrêtait  de trier, de calibrer, de sélectionner, ils seraient juste noyés dans la masse (intégrés !) et tout le monde devrait accepter d'avoir quelques fruits ou légumes biscornus ou un peu abîmés dans l'achat d'un kilo au juste prix.
Les mettre à part et moins cher, et maintenant avec un label, c'est une vraie stigmatisation alors qu'ils font partie intégrante des productions de la nature.
C'est à nouveau l'aspect économique, le prix, l'argent, qui prennent le dessus. Payer moins cher !!! Il n'y a  que ça qui compte et tant pis si on s'empoisonne, si on pollue, si on exploite son prochain.

Un amapien m'a envoyé cette photo prise récemment dans un supermarché du coin

carottes mochesPhoto : Y.L  (merci !)

39 centimes le kilo !!!! Combien ont-elles étaient payées au producteur ?!
Le pire c'est qu'elles ne sont pas moches du tout ces carottes, elles ne sont pas calibrées c'est tout, mais sinon elles sont très jolies. Elle viennent de l'agriculture chimique (dite conventionnelle ...) alors évidemment pas un trou, pas une rature, pas un vermisseau !!!

DSC03942Les nôtres sont bien plus moches mais on ne les bradera pas pour autant. En plus, en ce moment, elles abritent des limaces et des petits vers. C'est la rançon de l'agriculture biologique ! Mais elles sont bonnes, au goût et pour la santé. Et elles nous ont donné du travail.

Alors oui, c'est bien de vouloir remettre dans le circuit ces gueules cassées et d'essayer de sortir le consommateur de la dictature du paraître mais c'est à nouveau le travail du paysan qui s'en trouve dévalorisé.

Les fondateurs de cette campagne parle d'un combat citoyen. Dans ce combat ils oublient que les paysans (les vrais, pas ceux de la FNSmachin qui se servent de la terre pour spéculer et la pourrir) ont droit à une rémunération juste de leur travail.
Ces légumes moches sont apparemment achetés aux producteurs au prix de revient. Le producteur  gagne donc juste la satisfaction de ne pas gaspiller, rien de plus. Les distributeurs, eux, se font sûrement une petite marge tout en redorant leur blason.
Un nouveau concept marketing. Du surf sur la vague. De la poudre aux yeux qui cachent la vraie place que notre société de consommation refuse de donner à une production biologique et locale.
C'est l'état d'esprit des consommateurs trop gâtés qui doit changer.

DSC03045

Ce ne sont pas l'agriculture biologique ou les légumes moches qui devraient être labellisés, ils sont la norme d'une agriculture vivrière.
Je le réclame encore : à quand un label "poison" sur les légumes cultivés aux pesticides ? Et l'obligation d'afficher la liste des produits chimiques utilisés, leurs composants et leurs effets secondaires ?

Heureusement les circuits courts, et particulièrement les AMAP, nous permettent d'échapper à ces fausses normes totalement marchandisées et côtées en bourse.
Pas de calibrage, pas de gaspillage.
Nos carottes sont moches (très moches même en ce moment) mais elles nous nourrissent sainement, vous et nous.
Le prix d'un panier d'amap ne correspond pas à la valeur marchande des produits mais à la valeur que nous donnons à notre travail.
Vous avez envie de brader votre travail, vous ?

 

 

 La poubelle d'un petit supermarché, près de chez nous.
Sans commentaire sur l'anti-gaspi et l'éthique ...

IMG-20150207-00055

 

Étranges, rigolos, bizarres oui ... mais pas si moches finalement !
Certains sont même plutôt des oeuvres d'art :)

 DSC03602DSC05259 IMG00122-20130523-1218 

DSC05361 DSC05994 DSC07284

DSC04329

DSC03055 DSC05723 légumes photos réduites 015

DSC06923   DSC05974

Et même un topinambour en forme d'animal préhistorique !

Topinambour préhistorique

 

DSC04001 DSC04005